Rechercher
  • BL Atelier

Une Architecte, un dessin


On me dit parfois que je fais un métier facile :

je dessine ce que je veux et ça donne un projet !


J’en souris même si, évidemment, je trouve ça un peu réducteur.

Parce que oui, je dessine. Au tout début d’un projet, pour faire vivre des volumes, pour lancer la création, je pratique, comme mes confrères, ce dessin créatif que tout le monde nous envie. Mais l’architecture, ce n’est pas du dessin de loisir. Cette création, elle ne sort pas librement et sans contraintes de nos petits cerveaux. Non, ces premiers coups de crayons fonctionnent bien plus comme des éléments d’une synthèse muette qui s’est effectuée en nous.


Quel est ce projet ?

Pour qui travaille-t-on ?

Quelles sont les contraintes d’urbanisme tout autour ?

Quel est le budget ?

Où sont placées les arrivées et les évacuations ?


Avant que je puisse me saisir de mon crayon, mille questions se sont posées. Et, mon équipe et moi-même y avons répondu. Des questions techniques, administratives, sociétales, environnementales… Et ce sont les réponses, tout autant que mon imagination, qui guident mes traits quand je commence la création.


Le dessin est central dans notre métier, bien sûr. On le retrouve sur la réunion de chantier, pour préciser un détail. Ou lors d’une visite, pour illustrer simplement une idée. Mais le dessin, pour nous, c’est un outil précieux et pas une fin en soi. La finalité, c’est le projet, c’est la satisfaction du client.


Alors, sommes-nous des créateurs, des rêveurs, comme on le dit souvent ? Oui, je le crois. Mais des rêveurs nourris à la contrainte et en phase avec le réel. Et je me demande si ce ne serait pas là toute la beauté du métier d’architecte.



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout